Le désert des Exilés
"L'Exil, c'est une question de style" (Zissizmi)
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Pourquoi l'Exil ?
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Le désert des Exilés Index du Forum  .::. Le désert des Exilés  .::. Les principes de l'Exil

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Lycane
Régence

Hors ligne

Inscrit le: 18 Fév 2012
Messages: 33

Message Posté le : Jeu 23 Aoû - 12:13 (2012)    Sujet du message : Pourquoi l'Exil ? Répondre en citant

Arya avait d’abord cédé la régence à Kubitus.

Dans sa grande sagesse, le vieillard avait su faire prospérer l’empire du désert, malgré les dissensions, malgré les défections, nombreuses.

Mais quand elle fut rentrée de son long voyage, il semblait qu’Arya avait eu une révélation : elle renonça au pouvoir pour retourner vivre une vie trépidante, aux côtés d’anciens pirates.

Tant qu’il gouvernait au nom d’Arya, Kubitus ne fut pas remis en question. Mais quand le trône lui échut définitivement, les flammes de la discorde crépitèrent de plus belle. Suderon fut la proie du déchirement, du meurtre fratricide, la victime de tous les complots, toutes les machinations.

Avec une poignée de Seigneurs qui lui restaient fidèles, le vieux potentat exila sa Cour qui, bien que légitime, avait soudain pris pour le peuple le masque de la dictature. Ceux qui avaient dirigé le destin de tous les Suderons dans le souci du bien commun se voyaient traités comme des parias, des ennemis qu’il fallait abattre. Sur le sable chaud du désert, les factions s’entrebattaient pour ramasser les miettes de la souveraineté.

Ivres de rage et de dépit, guidés pas leur instinct d’hommes libres, Kubitus et sa suite renoncèrent à se battre pour prouver à ce peuple ingrat que le souverain était dans son bon droit et n’avait d’autre souhait que de gouverner avec bienveillance. Puisqu’on ne voulait plus d’eux, que les Suderons se débrouillent : les proscrits repartiraient à zéro et Kubitus irait gouverner ailleurs.

A 115 ans, cette verdeur est incomparable !

               ------------------------------------------------------------------------------------------------------
  

Les lunes avaient passé. Les jours succédaient aux jours et le petit royaume des bannis prospérait doucement.

Arya, la grande dame du désert, en avait terminé de son expérience maritime, déçue peut-être de son existence sur des planches flottantes ? Elle ne s’était pas épanchée, n’avait rien confié des drames ou des bonheurs qu’elle avait pu connaître sous l’ombre du pavillon noir. Simplement, elle avait rejoint le petit groupe de ses anciens compagnons et s’était mise, en toute modestie, au service de la communauté, égale à chacun, sans jamais faire valoir son statut d’ancienne souveraine du royaume le plus puissant du monde.

Puisqu’ils avaient été capables de mettre le continent entier à leurs pieds lorsqu’ils étaient Suderons, ils renouvelleraient l’exploit. Solidarité, égalité, partage et force étaient leurs étendards.

Darkhawk, la Montagne, le sombre faucon, le guerrier le plus puissant d’Ilshenar conduisait les armées des exilés. Fauchant, rasant, écrasant sous sa botte ferrée toute résistance, il menait l’alliance vers la conquête. Bientôt, des fiefs entiers passeraient sous leur domination. Déjà, d’autres expatriés du désert commençaient de les rejoindre.

Un jour prochain, ils régneraient sur le monde, ils prouveraient par leur suprématie la justesse de leurs valeurs. Ils dévoileraient aux yeux des monarques finissants que la société égalitaire qu’ils entendaient développer représentait l’avenir. Évanouis les règnes sans partage, enfouis sous la poussière de l’histoire les pouvoirs absolus de quelques-uns sur tous. Le monde de demain serait celui que prônaient les exilés, où chacun à sa place, où personne ne se prosterne devant personne : tous participent, ne renonçant à aucun sacrifice pour le bien commun, tous cultivent le même jardin dont, finalement, ils se partagent les fruits en frères.

Nul doute que leur nombre allait croître, que des aventuriers audacieux, lassés de survivre seuls dans cette humanité sans pitié, viendraient grossir la communauté, mettraient leur bras au service du verger commun pour y planter les graines de la fraternité et y cueillir les lauriers de la concorde.

« Liberté, parité, unité ! » pourrait être leur devise.

Un jour, leur rêve deviendrait réalité, leur utopie deviendrait société.


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Jeu 23 Aoû - 12:13 (2012)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Lycane
Régence

Hors ligne

Inscrit le: 18 Fév 2012
Messages: 33

Message Posté le : Jeu 23 Aoû - 12:16 (2012)    Sujet du message : Pourquoi l'Exil ? Répondre en citant

Soleil brûlant, air suffocant, dunes arides dont les vagues dorées moutonnent à perte de vue !

Depuis des lunes, nous avons arpenté les cinq royaumes et parfois au-delà. Mais c'est le désert qui a notre préférence. C'est le désert qui enveloppe nos vies et nos rêves à jamais. Nos cités sont de toiles et de bois, nos feux de camps illuminent le couvercle si noir et si clair des nuits insondables...

Il serait vain de chercher dans le sable les fondations de la cité majestueuse de notre clan. Nous portons notre civilisation sur notre dos, nos trésors sur nos flancs, nos richesses alourdissent nos talons et nos pas s'enfoncent avec souplesse dans le crissement cotonneux des grains ardents et infinis.

Nomades nous sommes, nomades nous resterons, avec l’horizon pour seule frontière. Par-delà cette ligne inabordable, nous marchons encore, nous explorons encore. Nous ne sommes plus capables de dénombrer les expéditions menées par le vaste monde, les peuples rencontrés, les richesses amassées… Cette comptabilité n’a que si peu d’importance à nos yeux, en regard de la liberté chérie qui nous fait voler sur un tapis de vent.

Nous avons vu naître et s’écrouler des Empires, nous avons vu la jalousie ronger le cœur des hommes, nous avons entendu les rumeurs les plus folles sur notre rêve précieux. Comment ceux qui veulent tout posséder peuvent-ils comprendre le bonheur de n’avoir rien à soi ? Comment ceux qui veulent tout maîtriser peuvent-ils comprendre la félicité du partage ?

Autrefois, nous étions maîtres du monde. Nous pouvions plier à notre volonté la terre entière, écraser sous le poids de notre dominance le plus petit village ou la plus grande citadelle. Et nous avons compris la vanité, l’inanité, l’ennui de la suprématie.

Gibecières vides, sacoches asséchées, poches déchirées, nous sommes partis à la découverte de l'immense, abandonnant derrière nous ce qui faisait notre gloire et notre splendeur, préférant une vie de vagabonds éternels, de voyageurs infatigables.

Aujourd’hui, notre caravane en mouvement perpétuel ne cesse de grandir. Nombres d’aventuriers s’accrochent à notre songe mythique, et nous les emportons dans notre sillage écumant. Les territoires que nous traversons, jour après jour, choisissent de s’en remettre à notre sagesse et nous font allégeance, fatigués de ployer sous le poids des dictatures, usés de devoir obéir aux autocraties orgueilleuses.

Il n’y a pas de maître absolu dans la tribu des Exilés. Chacun vit pour tous et tous vivent pour chacun. C’est cette doctrine que nous emmenons dans le bât de nos montures, ce goût de la souveraineté individuelle qui se propage comme une rivière débordant de son lit, emportant en torrent impétueux les vieilles lunes des autorités obsolètes.

Certains veulent se dresser face à notre utopie, cherchent à ressusciter des dominations totalitaires sans comprendre que, déjà, elles appartiennent à hier. Le mieux est de les ignorer. Les combattre est futile, ils se détruisent tout seuls, par la rage de leur convoitise, par le cancer de leur cupidité. Le monde de demain est celui que nous avons levé avec notre étendard.

Autour des flammes dansantes de nos bivouacs, il n’y a que rires et chants, joie et fraternité.

Il n’y a pas d’autre vérité !


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 15:55 (2018)    Sujet du message : Pourquoi l'Exil ?

Revenir en haut
              

   Le désert des Exilés Index du Forum .::. Les principes de l'Exil
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.